Dans la foulée de Flottille :

réussites et brèches à colmater

Amanda Shore en conversation avec Becka Viau

Flottant Warren Pavilion en cours de construction. Photo: Andrew Maize

Flottant Warren Pavilion en cours de construction. Photo: Andrew Maize


À propos de 2017, Becka Viau raconte :

 

 « Avant Art à ciel ouvert cette année-là, nous avions conclu une alliance culturelle sur l’Î.-P.-É. pour tenter de venir à la défense des arts parce que nous avions été coupés par le gouvernement. Et, soudain, il y a eu Art à ciel ouvert puis Flottille, et là, le gouvernement a dit : “Wow ! On aime l’art contemporain !” Nous étions sur le point de tenir une journée de black-out culturel. C’est devenu un moment beaucoup plus important et déterminant à l’Î.-P.-É. que nous ne l’avions anticipé, et les choses se sont faites naturellement. »

 Becka Viau and Associates a présenté deux vitrines majeures, l’une à la suite de l’autre, qui ont offert aux artistes à l’Î.-P.-É. des occasions de présentation, de réseautage, de résidence et de mentorat. « À la fin de septembre, se rappelle Viau, j’ai l’impression que les artistes de l’île étaient soit épuisés, soit prêts à se lancer dans un atelier ; c’était un moment idéal pour que Vessel devienne une possibilité. » this town is small, le seul centre d’artistes autogéré de l’Î.-P.-É., a reçu l’année dernière, de la part du Conseil des arts du Canada, un financement pour ses activités de base ; selon Viau, « cela est directement relié au succès qu’il a rencontré en se faisant un partenaire de Flottille ».

 

« J’aimerais savoir quel effet le parcours de Flottille a eu sur la gestion au sein de la culture autogérée par les artistes de la côte Est. Je sais qu’il a eu un effet sur l’Î.-P.-É. parce que tout le monde l’a vu se produire et maintenant on le reconnaît. »
— Becka Viau

Il n’y a aucun doute que Flottille a stimulé le soutien pour les arts de la part du public ainsi que du gouvernement provincial de l’Î.-P.-É. La visibilité accrue que l’événement a donnée aux artistes et aux organismes de la région atlantique a eu un effet durable, mettant en valeur les centres plus petits qui y opèrent. Un grand nombre des artistes de la région atlantique qui ont participé à Flottille, entre autres Jordan Bennett, Meagan Musseau, Lindsay Dobbin, Russell Louder et Alexis Bulman & Norma Jean MacLean, ont reçu une importante reconnaissance nationale et internationale et ont connu du succès au cours de la dernière année. Des centaines de visiteurs – directeurs, commissaires, travailleuses et travailleurs culturels – ont été exposés à l’excellent travail que les artistes et les plus petits organismes de cette région produisent et qui seraient autrement demeurés méconnus à l’échelle nationale et internationale.

 

« Le pavillon Warren a été une partie vraiment importante de Flottille. C’est ce qui a contribué à faire en sorte que les systèmes des centres d’artistes autogérés ne prennent pas trop le dessus, parce que nous avions la présence alternative du Warren – c’était une radio pirate, c’était ce pavillon culturel où il y avait aussi des représentations publiques non planifiées. Ce n’était pas un organisme, c’était une activité avec commissaire qui a vraiment marché […], mais ils ont travaillé directement avec la Ville. »
— Becka Viau

Pendant Flottille, la Commission de la capitale nationale (CCN) était à Charlottetown quand le Floating Warren était en train d’être construit, et un représentant de la CCN a visité le Warren avec Becka Viau et le commissaire Zach Gough. Cette société d’État fédérale supervise la conservation de territoires revendiqués par le colonialisme et non cédés, se considérant « l’intendante principale des lieux publics d’importance nationale ». Pour Viau, Flottille a « incorporé la culture autogérée par les artistes, qui est vraiment en faveur d’ouvrir un espace favorisant la mise en marche d’une réconciliation », avec la CCN et le gouvernement provincial. Après la tenue de Flottille, un projet a été soumis pour construire un quai temporaire semblable à celui du Floating Warren, lequel pourrait accueillir une résidence d’été avec this town is small. Viau affirme que « Flottille a ouvert l’esprit des représentants de la Ville et leur a fait voir l’art contemporain d’une nouvelle manière ». Dans l’agitation de Canada150 dans la ville qui a été le berceau de la Confédération, Flottille est devenu un site d’intervention et de perturbation qui a accueilli les joueurs clés du projet canadien de construction de l’État. Elle dit qu’à ce moment, « on avait vraiment l’impression que la ville était importante politiquement ».

Flottille a cherché à offrir des occasions d’exportation aux artistes et aux commissaires de l’île qui ont peu d’opportunités d’échange avec le public des arts à travers le Canada. À Flottille, this town is small a lancé le Idea Market, un projet commissarial qui mariait visiteurs et artistes contemporains locaux basés à l’Î.-P.-É. afin de favoriser l’échange au moyen d’un discours engagé, amical et accessible. Après Flottille, les commissaires Monica Lacey et Sandi Hartling ont été invités à remonter leur projet avec les artistes néo-brunswickois de Going Critical, le forum Arts Link NB en 2017. En appliquant ce modèle commissarial à de multiples contextes artistiques dans la région atlantique, this town is small a élargi sa portée grâce à l’effet Flottille.

Le modèle de décentralisation de Flottille a mené au besoin de collaborer avec les propriétaires et gens d’affaires locaux de Charlottetown. L’un des propriétaires approchés par Becka Viau possédait plusieurs espaces avec vitrines dans le même pâté de maisons, et il a permis à Atlantis de les utiliser durant Flottille. L’activation temporaire de ces espaces autrement vacants a fait naître une vitalité dans le quartier environnant. Plusieurs vitrines ont été disponibles grâce à cette relation, accueillant une installation de Charles Campbell (Or Gallery et la galerie du Centre des arts de la Confédération), The Nautilus Bookstore (Or Gallery), Free Store (Art City) et une installation de Benny Nemerofsky Ramsay & Life of a Craphead (Struts Gallery). Ces lieux ont accueilli, sur une base gratuite, des ateliers, des soirées de karaoké, des performances, des lectures de livres, des conférences d’artiste et d’innombrables autres événements. De plus, les restaurants et petits commerces locaux, dont plusieurs louaient leurs espaces à ce propriétaire, ont directement profité d’un accroissement de l’achalandage dû à la présente de délégués, d’artistes, d’organisateurs, de participantes et de participants en visite pour Flottille.

 

« Je pense que certaines brèches ont été colmatées avec la Ville et sa compréhension de ce qu’une pratique en art contemporain peut faire pour une communauté et pour la vitalité du centre-ville. Je ne crois pas que ce soit exagéré de dire que Art à ciel ouvert […] a connu un résultat beaucoup plus élevé en matière de commandite […] probablement en raison de la visibilité de l’art contemporain durant Flottille. »
— Becka Viau

Les liens établis entre la communauté artistique de l’Î.-P.-É. et les propriétaires et gens d’affaires locaux se poursuivent grâce à Flottille. Le propriétaire qui a fourni des espaces pour Flottille sur la rue Great George a continué son partenariat avec Viau après Flottille pour la création de The Vessel, un espace de création et de rencontre entièrement consacré aux femmes, qui accueille présentement sept artistes de l’île et divers événements musicaux, ainsi que des rencontres communautaires comme des groupes de travail pour le Conseil du statut de la femme du Secrétariat interministériel aux affaires féminines.

Viau avance que les organismes artistiques ont encore besoin d’espaces physiques, comme this town is small qui dépend toujours de partenariat avec la communauté pour présenter ses expositions. Le Programme des candidats provincial (PCP) a eu un effet significatif sur la disponibilité des espaces au centre-ville de Charlottetown, et a mené à un cycle continu de commerces à louer au rez-de-chaussée, qui restent inaccessibles aux organismes artistiques. Le PCP a offert un incitatif aux immigrants pour qu’ils déménagent à l’Î.-P.-É. afin de créer des entreprises et leur permettant d’avoir la résidence permanente à leur arrivée ; le programme a été controversé dans une petite province comme l’Î.-P.-É. parce qu’il a rapidement comblé les espaces vacants, mais plusieurs commerces n’ont jamais ouvert. En septembre 2018, la province a annoncé l’abolition du programme d’immigration des entrepreneurs qui accordait la priorité aux demandeurs fortunés et qui n’a pas réussi à retenir les nouveaux résidents et commerces, en plus de deux cas de fraude liés à l’immigration. Viau affirme qu’une entreprise issue du PCP s’était installée dans l’espace occupé par la librairie temporaire de la Or Gallery durant Flottille, mais l’espace est depuis devenu vacant.

Depuis Flottille, Viau a été embauché à plusieurs reprises par le gouvernement pour diriger et gérer divers programmes et, bien qu’il n’y ait pas encore de conseil des art à l’Î.-P.-É., elle travaille pour des initiatives de développement et d’éducation culturels au sein du gouvernement. La province de l’Î.-P.-É. a lancé son Plan d’action culturel dans les mois qui ont suivi Flottille afin de réinvestir dans les industries artistique et culturelle, et Viau avance que, même si Flottille n’est pas mentionné dans le Plan d’action pour des raisons de simultanéité, « Flottille a servi d’exemple de réussite ici, sur le plan politique ».

Idea Market par this town is small à Flottille, September 2017.

Idea Market par this town is small à Flottille, September 2017.

Idea Market par this town is small à Going Critical, le forum Arts Link NB, 2017.

Idea Market par this town is small à Going Critical, le forum Arts Link NB, 2017.